Macroscopie fœtale : causes, risques, tests et valeurs

Macrosomia fetale: cause, rischi, esami e valori. Ecco cosa c'è da sapere

Il s’agit de macrosomie fœtale lorsque le fœtus à la naissance pèse plus de 4 kg, tout en faisant référence à la macrosomie sévère lorsque le poids dépasse 4,5 kg.

Macroscopie fœtale : causes et facteurs de risque

Quelles sont les causes de la macrosomie fœtale ? Le cas le plus récurrent est celui de la le diabète de la mèreLa raison en est que l’hyperglycémie est transmise aux cellules fœtales et que l’augmentation du glucose dans ces cellules les fait gonfler. Dans d’autres cas, la macrosomie fœtale peut dépendre de facteurs qui n’affectent pas la santé de la mère, mais qui sont attribuables à des aspects génétiques et ethniques.

Macroscopie fœtale

Macroscopie fœtale, lignes directrices et valeurs

Quand peut-on vraiment parler de macrosomie fœtale ? Il tend à l’être lorsque, comme mentionné ci-dessus, le poids estimé à la fin de la grossesse s’avère être supérieure à 4,5 kg. Cependant, il existe divers courants de pensée, ainsi que des méthodes et des valeurs à appliquer pour évaluer au mieux l biométrie fœtaleEnsemble des paramètres qui définissent la taille de l’enfant, tels que la circonférence abdominale ou la longueur du fémur. Ces « lectures » sont obtenues au moyen d’unl’échographie qui est effectuée autour de la 34ème semaine de grossesse au plus tard le 36e semaine).

Une autre procédure utilisée pour réaliser les évaluations en question est la mesure de la symphysis-distance du fondc’est-à-dire la distance entre le point le plus haut de l’utérus (bas) et le point de départ du pubis (symphyse pubienne). Cette distance est mesurée manuellement.

Complications en cas de macrosomie fœtale

Connaître à l’avance la poids à la naissance de l’enfant est une information cruciale pour prévenir les complications. L’état de macrosomie fœtale, en particulier sous la forme définie comme grave, entraîne un risque accru de mortalité infantile périnatalemais ce n’est généralement pas une source de problèmes futurs pour l’enfant.

Quant au moment de l’accouchement, au cours d’une accouchement vaginal la mère peut courir le risque d’une lésion du périnée et d’une atteinte du plancher pelvien, entraînant une incontinence fécale et urinaire et un prolapsus utérin et vaginal. Par conséquent, dans le cas de la macrosomie fœtale, les chances d’une césarienne ou l’accouchement opératoire, avec ventouse ; dans certaines circonstances, une césarienne ou le déclenchement de l’accouchement à la 39ème semaineafin que le bébé n’ait plus le temps de grandir.

Macroscopie fœtale

L’enfant, en présence d’une macrosomie fœtale, court le risque dystocie des épaulesIl s’agit d’un état qui peut entraîner d’autres complications, comme des lésions cérébrales et l’asphyxie. Toutefois, il convient de noter que la majorité des enfants en surpoids ne souffrent pas de dystocie et que les statistiques montrent qu’environ 50 % des naissances de dystocie des épaules concernent des enfants pesant moins de 4 kg.

Macroscopie fœtale et syndrome de Down

Le Syndrome de Down est une anomalie chromosomique : les personnes qui en sont atteintes ont un excès de copie du chromosome 21 et peuvent présenter des symptômes physiques et des handicaps intellectuels. La probabilité de concevoir un enfant atteint du syndrome de Down est absolument faible, mais elle augmente avec l’âge de la mère. En ce qui concerne les facteurs externes ou certaines habitudes de la mère, il n’existe pas de preuves réelles sur les comportements et les éléments qui pourraient augmenter la possibilité de concevoir un enfant atteint du syndrome de Down.

Le diagnostic de ce syndrome peut être établi au moment de la naissance, mais aussi de manière préventive, à travers les différentes étapes de la le dépistage prénatalqui comprennent l’évaluation de la poids du fœtus (avec possibilité de diagnostic de macrosomie fœtale), évaluation par ultrasons, évaluation de toute anomalie de croissance et de l’intervalle de croissance du fœtus, notamment par les examens non invasifs qui, grâce à l’analyse des l’ADN fœtal en libre circulation isolés à partir d’un échantillon de sang maternel, sont capables d’évaluer la présence de les aneuploïdies chromosomiques fœtales communs à la grossesse, c’est-à-dire ceux concernant les chromosomes 21, 18, 13 et les chromosomes sexuels X et Y.

Article original publié le 20 août 2018

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *