L’hypertension pendant la grossesse : causes, valeurs et risques

Ipertensione in gravidanza: quando diventa pericolosa?

Dans Document d’intégration et ligne directrice pour la recommandation pour la prévention de la mortalité maternelle liée au travail et/ou à l’accouchementrédigé par le ministère de la santé en 2007, il est également fait mention de lal’hypertension pendant la grossesse.

L’hypertension est en effet l’une des cinq causes les plus fréquentes (mais aussi l’une de celles qui peuvent être évitées) de la mort de la mère dans les pays occidentaux, ainsi que la maladie thromboembolique, l’hémorragie post-partum, la septicémie et la mort par anesthésie.

Il y en a trois types d’hypertension pendant la grossessechronique, provoquée par la grossesse (ou gestationnelle) et la prééclampsie.

La première est préexistante et, déjà avant la grossesse, la femme suit une thérapie médicamenteuse pour maintenir les valeurs dans les limites. Il s’agit principalement de médicaments qui peuvent être poursuivis pendant la grossesse, à l’exception de certains qui peuvent être nocifs pour le fœtus et doivent être remplacés sur avis médical. Ils ne disparaissent pas après l’accouchement.

La seconde, appelée hypertension gestationnelle, apparaît après la 20e semaine et disparaît après l’accouchement.

Le preeclampsiaC’est une complication de l’hypertension chronique ou une forme d’hypertension gestationnelle associée à des affections à risques multiples (pour la mère et le fœtus) et caractérisée par l’apparition ex novo de protéinurie. Cette dernière est donnée par la quantité de protéines urinaires.

Dans 35 % des cas, l’hypertension gestationnelle qui survient avant la 34e semaine dégénère en prééclampsie, selon le dossier sur les troubles hypertensifs pendant la grossesse du ministère de la Santé et de l’Istituto Superiore di Sanità.

L’hypertension pendant la grossesse : les causes

L’hypertension est un état de le rétrécissement des artères causée par une augmentation de la pression sanguine : le cœur et les organes sont aspergés d’une quantité insuffisante de sang. Pendant la grossesse, bien sûr, le placenta est également impliqué, ce qui est essentiel pour fournir la nutrition et l’oxygène au fœtus.

Un mauvais apport sanguin ralentit la croissance du fœtus et peut également provoquer une décollement du placentaqui se manifeste par une hémorragie très dangereuse pour la vie de l’enfant à naître.

Un organe pour deux : le placenta, lien entre le fœtus et la mère...

Les causes L’hypertension chronique peut être attribuée à l’alimentation : le surpoids, l’obésité, la consommation élevée de sel, un régime riche en graisses et pauvre en fibres augmentent le risque de développer une hypertension. L’artériosclérose est également un facteur de risque, qui aggrave à son tour l’artériosclérose.

En ce qui concerne l’hypertension gestationnelle et la prééclampsie, elle peut être facteurs déclenchants ou aggravants:

  • âge : moins de 17 ans ou plus de 35 ans ;
  • naissance multiple ;
  • première grossesse ;
  • l’obésité ou le diabète ;
  • l’hypertension chronique ou les troubles vasculaires ;
  • la prééclampsie dans le cadre d’une grossesse antérieure ou d’un cas familial.

Hypertension pendant la grossesse : symptômes

Elle peut avoir différents degrés de gravité et la seule façon de remarquer sa présence est de subir des mesures régulières de la pressionéventuellement à domicile et éventuellement en même temps si le médecin le juge approprié.

Parfois, la prééclampsie est asymptomatique.d’autres se manifestent par une accumulation de liquide (œdème) dans les mains, le visage, autour des yeux et des pieds. Des points rouges (pétéchies) peuvent apparaître sur la peau, indiquant un saignement de la peau. Un réveil est la quantité de protéines dans l’urine. La prise de poids doit également être surveillée.

Hypertension pendant la grossesse : valeurs

la gestose pendant la grossesse

La mesure de la pression artérielle est effectuée à l’aide de dispositifs ambulatoires ou à domicile si une surveillance plus constante est nécessaire chez les femmes présentant un risque de prééclampsie.

Une pression < 140/90 mmHg est considérée comme normale. Le diagnostic d'hypertension pendant la grossesse est donc posé en cas tension artérielle systolique ≥140 mmHg et/ou diastolique ≥90 mmHgmesuré par deux ou plusieurs mesures au niveau du même bras à une distance d’au moins un quart d’heure l’un de l’autre. Cela est confirmé par une nouvelle mesure après quatre à six heures.

La meilleure méthode est cependant une séquence de trois détections à trois minutes d’intervalle : la première valeur est rejetée et une moyenne est faite entre la valeur de la deuxième et de la troisième détection.

Hypertension pendant la grossesse : risques

L’hypertension chronique peut entraîner dangereux pour la vie du fœtus, mais sans ont un impact majeur sur la santé de la mère. Inversement, celle qui est gestationnelle met également en danger la santé maternelle. Il peut :

  • provoquer un œdème pulmonaire ;
  • endommager divers organes (reins, foie, cerveau, yeux) ;
  • affaiblir le cœur ;
  • dégénèrent en syndrome HELLP (acronyme de Hemolysis, Elevated levels of Liver enzymes, Low Platelet count, indicating red blood cell rupture, elevated liver enzyme levels, low platelet count) ;
  • d’avoir de graves saignements pendant l’accouchement.

La complication la plus grave de la prééclampsie est laeclampsiapotentiellement mortelle.

Hypertension pendant la grossesse : thérapie

Dans le traitement de la toxicomanie pour l’hypertension pendant la grossesse, la gravité de l’hypertension et aussi la nocivité de certains médicaments sont prises en compte. Par exemple, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC) et les tailleurs doivent être arrêtés car ils peuvent provoquer des malformations du système cardiovasculaire et du système nerveux central.

En plus d’agir avec médicaments pour normaliser les valeurs, il agit également avec un régime alimentaire spécifique à teneur réduite en sel et, si le médecin le juge approprié, avec des périodes de repos prolongées (la position la plus appropriée se trouve sur le côté gauche). Les examens périodiques, les traces cardiotocographiques et les ultrasons sont très importants pour contrôler la croissance et les mouvements du fœtus.

En cas de prééclampsie, particulièrement grave, la seule thérapie efficace est l’administration immédiate. après que les conditions de la mère se soient stabilisées, quel que soit l’âge gestationnel. Si possible, on essaie d’atteindre un âge gestationnel qui garantisse la survie du nouveau-né, par l’hospitalisation, des examens fréquents, la thérapie de la pression artérielle et la prévention des crises d’épilepsie.

L’accouchement doit être effectué avant que la situation ne devienne dangereux pour la mère et l’enfant ; une césarienne peut être nécessaire la plupart du temps.

Article original publié le 4 septembre 2019

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *