L’hydorrhée de grossesse : qu’est-ce que c’est et à quoi ressemble-t-elle ?

Idrorrea gravidica: cos'è e come si presentano le perdite

Il peut arriver, au cours de la grossesse, que la femme remarque fuites aqueux, de couleur transparente, souvent assez abondant. Ils pourraient suggérer liquide amniotiquelors d’une prochaine bris d’eau et sont donc préoccupantes, surtout si elles se produisent loin de l’échéance.

En fait, la plupart du temps, ces fuites n’ont rien à voir avec la rupture du sac : parfois, il ne s’agit que d’urine. La vessie est écrasée par l’utérus, le périnée ne se contracte pas comme il le devrait, le sphincter urétral ne se ferme pas, ce qui provoque ces fuites incontrôlées. Ou bien il peut être hydorrhoea gravidarumIl s’agit d’une situation courante et bénigne, qui ne doit pas conduire à une alarmisme excessive.
Dans le cas de l’hydorrhée, en fait, les pertes sont de simples sécrétions vaginales plus abondantes que la normale, dues à des facteurs hormonaux ou émotionnels.

L’hydorrhée de grossesse : à quoi ressemble-t-elle ?

Si l’hydorrhoea gravidarum se produit légèrement, elle passe parfois complètement inaperçue. Si le phénomène consiste en d’abondantes pertes (dans la mesure où l’utilisation de tampons est nécessaire) peut provoquer une certaine anxiété et inquiétude. Il est clair que la principale crainte est que les fuites soient du liquide amniotique, un doute qui peut être résolu par des ultrasons.

C’est pourquoi, en cas de doute, la première chose à faire est de consulter votre gynécologue qui, par une visite, peut vérifier rapidement l’intégrité du sac. Si ce dernier est intact, le diagnostic pourrait être une hydorrée.

Certaines sages-femmes affirment que ce trouble a une origine psychologique qui peut être attribuée à l’anxiété avec laquelle la mère attend la naissance. Le mieux est d’essayer de se calmer, d’un point de vue psychologique. D’un point de vue plus pratique, le meilleur conseil est d’utiliser des tampons et de se laver souvent. La perturbation est due à une la question des hormonesLa production d’œstrogènes stimule une abondance de sécrétions, mais elle est tout à fait normale.

Il est normal d’observer pendant la grossesse fuites de couleur blanchâtre (a déclaré la leucorrhée enceinte), alors qu’il faut faire attention lorsque les fuites ont une forte odeur (il peut s’agir d’une vaginite), lorsqu’elles sont très abondantes, lorsqu’elles s’accompagnent de douleurs ou de brûlures abdominales et, bien sûr, si elles sont rougeâtre ou strié de sang.

Les saignements sont le pire des scénarios, car selon leur ampleur, ils peuvent être le symptôme d’une grossesse extra-utérine, d’un décollement placentaire, d’une naissance prématurée ou, dans le pire des cas, d’un avortement ou d’une menace d’avortement.

Hydorhée au début de la grossesse

hydorrhoea gravidarum

Pendant la grossesse et surtout dans les premiers mois pour constater les pertes est très normale : elles sont l’un des mécanismes de protection que l’organisme de la mère met en place pour protéger la grossesse du monde extérieur. Le pertes vaginales aqueux, en fait, empêchent les agents pathogènes de s’élever. L’hydorrhée grave est donc un trouble courant et tout à fait normal. Bien sûr, elle peut être source d’inquiétude, car elle peut facilement être associée à une rupture prématurée des eaux. C’est pourquoi il est toujours bon de consulter votre médecin, mais sans vous inquiéter.

En l’absence d’infection, il est bon de savoir qu’en une seule grossesse physiologique, le risque de rupture prématurée de l’eau est faible. En outre, l’approche du travail s’accompagne d’une augmentation de la contractions utérines, qui deviennent de plus en plus rythmées et rapprochées.

Les contractions : ce qu'elles sont et comment les reconnaître

L’hydorrhée en fin de grossesse

À la fin de la grossesse, les sécrétions vaginales deviennent abondantAinsi, la sensation de « mouillure » peut en fait devenir agaçante et faire penser à une rupture d’eau. Cela peut être facilement vérifié à l’hôpital où, grâce à un simple test PROM, il est établi s’il s’agit ou non de liquide amniotique. Ce test est similaire à un test de grossesse : la sécrétion vaginale est recueillie sur un écouvillon et placée dans un liquide réactif.

Le bris d’eau Elle implique la libération d’une grande quantité de liquide, semblable à une « chute d’eau », tandis que l’hydorrée est un phénomène plus contenu, qui peut être facilement contrôlé en utilisant des serviettes normales ou des protège-slips.

Article original publié le 3 mai 2019

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *