Les photos du post-partum sont censurées sur les sites sociaux

"I social odiano la maternità", due fotografe contro la censura del post partum

Il est donc normal de dégrader le corps d’une femme et en faire un objet, mais il n’est pas acceptable de montrer le vrai corps des mères ?« La question (rhétorique) a été posée par deux photographes de l’Alberta, au Canada, aux microphones de la Cbc dans une interview publiée ces derniers jours. Aimee et Jenna HobbsLes « demi-sœurs de l’art » publient sur leurs chaînes sociales les clichés qui racontent l’histoire de la maternité sans filtre, en montrant aussi les signes et les cicatrices.

Mais ponctuellement, ils sont « interdits » par Facebook et Instagram pour violation des directives et contenu inapproprié. Les deux photographes, avec le projet « La beauté d’une mère« , ils publient des photos de femmes seules ou avec leurs enfants, souvent immergées dans la nature, en sous-vêtements ou nues, montrant doucement les imperfections du corps après l’accouchement.

Les images qui beaucoup d’entre nous qu’ils voient tous les jours, et pendant plusieurs mois, après avoir donné naissance à un enfant. Nous connaissons bien ces signes, nous les avions aussi, peut-être les avons-nous encore : peut-être les avons-nous observés avec douceur, comme le font les deux photographes, peut-être avons-nous plutôt essayé de les voir la colère ou le dégoût. Nous les avons acceptés ou non, pas encore. Pour nous tous, le changement dans le corps laisse des traces, visibles ou non. C’est aussi devenir mère, est-il vraiment nécessaire de le cacher ?

Ce qui est sûr, c’est que quelqu’un – humain ou algorithme, les sœurs n’ont pas pu le comprendre – croit que ces signes sont aussi fort ou offensantEn conséquence, plusieurs photos sont supprimées à plusieurs reprises de leurs pages sociales.

Ce qu'il reste de mes deux césariennes

« Les médias sociaux la maternité de la haine« a déclaré Aimee Hobbs dans une interview avec le diffuseur canadien Cbc. « Ils continuent à supprimer nos photos – ajoute-t-il – et cette année, beaucoup de nos photos ont été retirées. J’ai été exclu de mon compte personnel et privé pendant trois jours.

Le problème, a répété M. Hobbs, est que certaines de leurs images sont classées comme pornographiquesont signalés puis retirés. Sur l’une des photos supprimées, une mère, en sous-vêtements et en soutien-gorge, tient son bébé dans ses bras, tandis que sur une autre, une mère tient son bébé dans ses bras. soins infirmiers votre bébé au sein : selon les règles de Facebook, il n’est pas possible de publier des images de seins avec des mamelons à l’écran (à l’exception des images de mastectomie et de cicatrices d’allaitement, du moins en théorie) ainsi que le des photos d’enfantsqui sont retirés s’ils sont nus ou partiellement nus afin d’éviter qu’ils ne soient réutilisés par d’autres de manière inappropriée.

Il existe cependant une quantité considérable d’images de femmes dans des poses sexuellement provocant et avec une forte charge sexuelle. Nos photos veulent aider les femmes à se sentir à l’aise dans leur corps, mais les effacer envoie le mauvais message…« , souligne Hobbs.

Le projet « A Mother’s beauty » a débuté il y a 6 ans avec la publication d’une série de clichés qui montrent la Le vrai visage de la maternitécomme le font déjà d’autres artistes, pour briser les tabous esthétiques liés à la grossesse et au post-partum. Un vingt les mères qui, chaque année, posent pour le projet des deux sœurs, qui reçoit des centaines de demandes de participation.

Ventre non filtré après l'accouchement :

Dans une culture obsédé par la perfection les photos de vraies mères, avec leurs marques et leurs cicatrices, sont difficiles à trouver – a ajouté Aimee Hobbs – et on parle toujours de la rapidité avec laquelle une personne s’est rétablie après l’accouchement, mais ce n’est pas la réalité pour la plupart des femmes : cela vous change de l’intérieur et de l’extérieur. Même si votre corps ne change pas, il y a des changements. émotionnel et psychologique. J’ai été surprise de voir combien de femmes se sentent aliénées de leur corps après l’accouchement et finissent par être isolées par la façon dont le corps des femmes sont jugés sur le web“.

Chaque plan (certains d’entre eux vous sont proposés dans la galerie ci-dessous, les autres vous pouvez également les trouver sur le Page de l’Instagram des Hobbs) s’accompagne de l’histoire du sujet photographié, pour surmonter le sentiment d’isolement commune à de nombreuses mères partageant la normalité, et la beauté, de l’imperfection.

Photo : Hobbs (protégé par courriel)

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *