La souffrance du fœtus : ce qu’elle signifie et ce qu’il faut faire

La souffrance du fœtus : ce qu'elle signifie et ce qu'il faut faire

Pendant la grossesse, en raison de la condition particulière du fœtus et de la femme, des complications peuvent survenir. Parmi les complications les plus rares, on peut citer la soi-disant détresse fœtaleun phénomène lié à l’insuffisance la quantité d’oxygène reçue par le fœtus.

La souffrance du fœtus est l’un des plus grands dangers qui peuvent survenir pendant l’accouchement. En fait, plus que de la souffrance fœtale, il est plus correct de parler d’un état fœtal qui n’est pas rassurant ou, comme nous le rappelle l’AOGOI, d’un CTG qui n’est pas rassurant.

Découvrons ce que signifie réellement la souffrance du fœtus, comment la reconnaître et comment procéder dans ces cas.

La souffrance fœtale : qu’est-ce que cela signifie ?

La Société italienne de gynécologie et d’obstétrique définit ce phénomène comme la condition relative

Aux signes d’incapacité à supporter le travail et à une condition qui pourrait conduire à l’asphyxie (hypoxie avec acidose métabolique).

Mais, comme je l’ai dit, distinguer l’asphyxie et la détresse fœtalepréférant parler de La route du CTG n’est pas rassurante. En effet ».un CTG douteux au moment de l’admission peut indiquer une forte probabilité de développement ultérieur d’une détresse fœtale”.

L’asphyxie à la naissance peut survenir avant et après le travail, et pas seulement pendant, et peut avoir des causes diverses. Il peut s’agir d’un faible taux d’oxygène dans le sang de la mère ou d’un une circulation sanguine insuffisante en raison de la compression du cordon ombilical.

Souffrance fœtale : symptômes

Comme prévu, les conditions qui peuvent conduire à la l’évolution de cette condition. Parmi celles-ci, les principales sont l’anémie, le retard de croissance intra-utérin, l’hypertension provoquée par la grossesse, le des niveaux réduits de liquide amniotique autour du fœtus et, là encore, la présence d’un liquide amniotique coloré au méconium qui peut entraîner l’obstruction des voies respiratoires du fœtus.

Le fœtus doit donc être surveillé à tous les stades de la grossesse. Pour identifier les symptômes, il est conseillé de procéder à la la surveillance du rythme cardiaque du fœtus. Le FCFLa surveillance du rythme cardiaque du fœtus explique toujours l’AOGOI

est considérée comme une procédure valable pour évaluer le bien-être du fœtus pendant le travail. En effet, en présence de détresse fœtale, dans plus de 90 % des cas de détresse fœtale, plus de 90 % des cas dee tracé cardiotocographique il peut y avoir quelques modifications.

Egalement la piste du CTG :

peut être considérée comme la principale technique de dépistage pour la détection de la détresse et de l’hypoxie fœtales pendant le travail. La présence d’altérations (principalement des décélérations) et la réduction de la variabilité des enregistrements effectués pendant le travail peuvent être un signe de détresse fœtale.

Les médecins utilisent la surveillance électronique du rythme cardiaque fœtal (FHR) qui leur permet de reconnaître et de suivre les le développement de l’hypoxie (déficience en oxygène). Les valeurs du FHR doivent être analysées très soigneusement, car si elles sont mal interprétées, elles peuvent conduire à une césarienne. Pour cette raison, il est recommandé de procéder également à unel’analyse de l’acidité sanguine du fœtus.

Suivi de grossesse : ce que c'est et comment c'est fait

La souffrance du fœtus : conséquences et risques

Le manque d’oxygène est un un risque énorme pour la vie même du fœtus et pour en comprendre les conséquences, l’hypoxie est classée en trois degrés différents.

Le première année n’a pas de conséquences graves, tandis que le deuxième annéetout en compensant les phénomènes, il provoque une acidose. Le troisième annéele plus grave, il provoque une altération de l’oxygénation du myocarde et une augmentation de la probabilité de mortalité.

Dans un souci d’exhaustivité des informations, il convient également de mettre en évidence les risques liés à lal’activité diagnostique des médecins. C’est en fait la base des principaux problèmes de nature médico-légale. Presque toutes les poursuitesIl se concentre sur l’interprétation de ces données, c’est pourquoi elles doivent être évaluées avec beaucoup de soin.

La souffrance du fœtus : que faire ?

En cas de détresse fœtale, la première chose à faire est de la réanimation intra-utérineafin de prévenir d’autres conséquences. La réanimation peut se faire de plusieurs manières : la tocolyse, amnioinfusion…changement de position de la femme et utilisation d’oxygène dans un masque à l’accouchement. L’utilisation de l’oxygène dans les masques, en fait, nous rappelle encore l’Association des gynécologues et obstétriciens.

semble améliorer la situation métabolique du fœtus en cas d’hypoxie, en augmentant le degré d’oxygénation du fœtus et le niveau de saturation en O2 d’hémoglobine fœtale. Ce peut prolonger le temps de tolérance du fœtus à l’hypoxie et pourrait permettre à de nombreux fœtus de naître par voie vaginale sans risque, puisque la phase active du travail ne dure généralement que quelques heures.

En conclusion, en ce qui concerne la détresse fœtalesont tous deux des déterminants de lales soins prénataux que la un suivi constant et approfondi du fœtus et de la mère tout au long de la grossesse.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *