« Je détestais être enceinte », l’histoire de Jade…

"Odiavo essere incinta, so che non dovrei dirlo ma è stato così"

Je détestais être enceinte. Je sais que je ne devrais pas dire cela parce qu’avoir un bébé dans mon ventre est un cadeau précieux que beaucoup de femmes désirent, mais je détestais cela. Les deux fois“.

Ainsi commence l’histoire de Jade, une femme qui a partagé sur le site L’amour, ce qui compte son histoire. Une histoire qui dépeint une réalité bien loin des horizons roses de la maternité, mais qui ne fait pas de Jade une « mauvaise mère ». Et c’est pour ceux qui se trouvent dans une situation similaire que son histoire peut être utile :

Je détestais la malaise que je ressentais du matin au soir. Les médicaments contre la nausée étaient mes meilleurs amis. (…) Je détestais la prise de poids. Cela ne m’aurait pas trop dérangé si j’avais ressemblé à une femme enceinte de 9 mois dès le début. Mais cette lente prise de poids qui fait que les gens se demandent si vous êtes enceinte ou si vous avez eu tous les glucides que vous avez réussi à obtenir a été un vrai tueur de mon amour-propre.

Je détestais être sexy tout le temps. (…) Je détestais ne jamais pouvoir en trouver un emplacement pratique. Dans la voiture, sur le canapé, dans le lit… J’avais du mal à trouver des moyens se détendre qui me permettrait aussi de respirer sans être tirée ou blesser différentes parties de mon corps, parce que, laissez-moi vous dire, tout fait mal quand on est enceinte. Je détestais ne pas pouvoir manger sushiou une vraie salade de poulet, ou du fromage bleu, parce que c’étaient les trois choses que je voulais le plus (même si j’ai peut-être donné à quelques reprises…).

Si pour beaucoup de femmes, les dérogations normales de la période de grossesse, épicerie et non seulement cela, ils ne posent pas de difficulté particulière, car Jade a tout pris à une plus grande échelle, à commencer par la critiques à faire pendant les 9 mois :

Je détestais les tests sanguins, et ne me lance même pas sur la courbe glycémique. Tout test qui inclut la vue du sang et le goût de ce que l’on peut décrire comme une orangeade aplatie doit être réservé aux pires criminels. Pas à une jeune femme impuissante qui se sentira faible et ensuite vomir partout dans la salle d’attente. En toute honnêteté, je les ai même prévenus que cela allait arriver.

J'étais enceinte, mais je ne me sentais pas heureuse...

Pour Jade, les gestes quotidiens sont également devenus particulièrement difficiles et source d’inconfort, surtout dans la phase finale de la grossesse :

Je détestais me sentir si accablée et épuisée après avoir fait quelque chose d’aussi simple que mettre mes chaussures. Élever un enfant dans votre belly c’est un travail difficile. Je n’étais pas préparé à la difficulté de la situation. Mais je dois dire que les siestes de l’après-midi ne m’ont pas dérangé. J’aimerais avoir tous ceux que je n’utilisais pas à l’époque pour les collectionner maintenant… une suggestion pour toi, cher mari.

Si certaines femmes ne se retrouveront pas dans l’histoire de Jade, pour d’autres, la grossesse peut vraiment être un moment particulièrement difficile, émotionnellement et physiquement.

Surtout, je détestais attendre. Il n’y avait rien que je voulais plus que garder mes bébés dans mes bras. La grossesse semble durer une éternité pour une mère qui veut juste tenir ce doux bébé autour de son cou et l’aimer de toutes ses fibres. Je voulais sentir leurs petites têtes, et leur haleine au goût de lait. Je voulais compter les petits doigts et les orteils et chanter une chanson… berceuse apaisant pour leurs petites oreilles. Il n’y a rien de plus doux dans ce monde que d’embrasser une nouvelle vie précieuse.

jade north avec les enfants
Photo : jade (protégé par courriel) ce qui compte

Parce que même les sentiments négatifs concernant la grossesse sont une chose, dit Jade, mais… être une mère c’est une autre histoire :

Je détestais être enceinte, c’est vrai. Mais Je n’ai jamais détesté pas même une seconde en tant que mère. Quelle douce récompense pour ces 9 mois de souffrance.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *