Interdiction de fumer à côté des femmes enceintes et des enfants : le décret proposé par le ministre Lorenzin pour protéger les plus jeunes

Photos ou phrases choc sur les paquets de cigarettes pour dissuader les fumeurs ; interdiction d’allumer une cigarette dans la voiture s’il y a des enfants ou des femmes enceintes ; sanctions pour ceux qui vendent des « blondes » à des mineurs. Le ministre de la santé, Beatrice Lorenzin a déclaré la guerre au tabagisme avec un décret législatif transposant la « directive tabac » imposée par l’Union européenne.

Le décret proposé par le ministre Lorenzin – explique le Dr Salvatore Barberi, pédiatre pneumo-allergique de l’hôpital Fatebenefratelli et conseiller national de la Société italienne de pédiatrie préventive et sociale (SIPPS) – va certainement dans la bonne direction et corrige les défauts de ces parents qui mettent le bon sens de côté et décident de fumer, quels que soient les dommages qu’ils peuvent causer à leurs enfants. Les enfants sont en effet les plus fragiles et les plus exposés au tabagisme passif. Mais cela ne se produit pas seulement en voiture : l’exposition au tabagisme passif est en fait également déterminée à l’intérieur de la maison. Au XXe siècle – poursuit le Dr Barberi – La fumée de tabac a causé environ 9 % des décès dans le monde.“.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte qu’environ 6 millions de personnes meurent chaque année de causes liées au tabac. Si tout cela ne change pas radicalement, jusqu’à un milliard de personnes pourraient mourir prématurément au XXIe siècle. En âge pédiatrique, le tabac est le polluant environnemental le plus important pour la santé des enfants. Les premières études épidémiologiques sur l’exposition au tabagisme passif et la santé remontent aux années 1960. En 1981, des études se sont concentrées sur l’association entre le tabagisme passif et le cancer du poumon chez les non-fumeurs et, cinq ans plus tard, il a été conclu que le tabagisme passif provoque également le cancer du poumon chez les non-fumeurs.

Il est maintenant prouvé – conclut le Dr Giuseppe Di Mauro, président du SIPPS – que l’exposition à la fumée secondaire est associée à certains effets négatifs sur la santé des enfants : de la prématurité à la mortalité périnatale, du retard de croissance intra-utérin au syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN), aux symptômes et maladies respiratoires tels que l’asthme et les maladies cardiovasculaires et de l’oreille moyenne (MED). D’autre part, le tabagisme maternel post-natal et paternel a augmenté le risque de chirurgie pour les maladies de l’oreille moyenne. Par conséquent, le facteur de risque le plus important pendant la grossesse est le tabagisme : il est en effet associé à 5 % des décès de nourrissons, 10 % des naissances prématurées, 30 des enfants en âge de procréer (Small for Gestational Age). En outre, le tabagisme actif et l’exposition à la fumée secondaire pendant la grossesse augmentent le risque de stérilité, de décollement placentaire, de rupture prématurée de la membrane et de placenta praevia”.

Il y a certainement de nombreuses bonnes raisons pour éviter de fumer pendant la grossesse et arrêter de fumer pour de bon.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *