Fumer pendant la grossesse, c’est l’alarme : les conseils pour arrêter

Environ 40% des femmes françaises ne peuvent renoncer à leurs cigarettes même lorsqu’elles sont enceintes, et la plupart de celles qui arrêtent de fumer lorsqu’elles le sont, recommencent à fumer après l’accouchement.

Ces données sont inquiétantes car dans les deux cas, c’est principalement l’enfant qui est perdant. En fait, la fumée prive l’enfant d’oxygène. Les enfants de fumeurs sont plus souvent prématurée avec un faible poids à la naissance. En outre, le fait de fumer augmente les chances de fausse-couche ou la naissance d’un enfant mort ou malformé ou le décès de l’enfant immédiatement après sa naissance.

D’où le projet national Mères sans tabac. La campagne est promue par la Ligue française pour la lutte contre le cancer (Lilt) et la Fédération nationale des écoles de sages-femmes : une campagne de sensibilisation conjointe pour « des mères sans tabac et des enfants en bonne santé ».

Les données épidémiologiques, lues dans une note de Lilt, confirment que si six mères sur dix (environ 62%) s’abstiennent de fumer pendant la grossesse, environ 30% se limitent à diminuer le nombre de cigarettes par jour, alors que plus de 7 % fument exactement autant qu’avant leur grossesse. En bref, « 38% des femmes françaises– souligne le Lilt – fume pendant la grossesse ».

Et pourtant, « malgré le fait que le dernier plan national de santé réitère l’importance de l’information sur les risques du tabagisme pendant la grossesse, avant le projet « Mères sans tabac », il n’existait aucun autre programme structuré de prévention au niveau national“.

L’outil de campagne est le guide Mères sans tabac. Il est imprimé en 16 000 exemplaires et est destiné aux sages-femmes qui peuvent l’utiliser pour des conseils lors de contrôles ambulatoires et de visites à domicile. Mais la phase pilote du projet comprend également de dispenser des cours pour les femmes qui ont besoin d’un soutien plus important ou, sur indication des gynécologues, pour les fumeuses qui suivent des cours de la préparation à l’accouchement. Le plan est divisé en 6 points :

  1. Créer un environnement non fumeur : signes d’interdiction à la cigarette et pas de cendrier dans les salles d’attente des cabinets médicaux, dans le service et dans les chambres d’hôpital.
  2. Identifier les fumeuses et les interroger sur le nombre de cigarettes fumées et sur les habitudes de leurs partenaires et des membres de leur famille.
  3. Recommander à tous les fumeurs d’arrêter en insistant sur les effets positifs pour la mère et surtout pour l’enfant.
  4. Convenir d’une date précise pour arrêter de fumer, éventuellement dans un délai de deux à quatre semaines.
  5. Donner des conseils et distribuer du matériel d’information, également pour transformer la maison et le bureau en espaces « non fumeurs ».
  6. Soutien et suivi, avec la collaboration de médecins.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *