En raison du tabagisme pendant la grossesse, la puberté des enfants est prématurée.

"Fumo e paracetamolo in gravidanza sono legati alla pubertà precoce dei figli"

Tabagisme et paracétamol pendant la grossesse favoriserait une puberté précoce chez les enfants. C’est ce qu’indiquent deux études distinctes publiées quelques jours plus tard en septembre dans l’American Journal of Epidemiologymenée par une équipe de chercheurs de l’université d’Aarhus, au Danemark.

L’étude sur le tabagisme a examiné l’apparition d’une puberté précoce chez les enfants de femmes qui avaient consommé un certain nombre de cigarettes pendant leur grossesse. L’étude a porté sur 15 819 femmes enceintes et leurs enfants nés entre 2000 et 2003. Les scientifiques ont demandé aux mères de remplir un questionnaire pendant la grossesse et à partir de l’âge de onze ans des enfants, qui ont à leur tour été soumis à des questionnaires spécifiques pour détecter l’apparition des symptômes de la puberté.

Les résultats ont montré que le enfants Les fumeuses (hommes et femmes) ont un risque beaucoup plus élevé d’anticiper la puberté. Plus précisément, les enfants des femmes qui avaient fumé plus de 10 cigarettes par jour pendant leur grossesse sont entrés dans la puberté à environ 3-6 mois avant par rapport aux enfants de femmes non fumeuses du même âge.

Ceci est d’un grand intérêt puisque selon des données récentes du CDC (Centre for Disease Control and Prevention), 1 femme sur 14 n’arrête pas de fumer pendant la grossesse, malgré les contre-indications médicales.

Fumer pendant la grossesse : ce qui arrive au bébé

L’étude sur le paracétamol a plutôt analysé la corrélation entre l’utilisation d’analgésiques avec ce médicament pendant la grossesse et l’âge de la puberté dans les enfants. Habituellement, les symptômes classiques de la puberté (sein, boutons, cycle menstruel, pousse des cheveux) apparaissent vers l’âge de 11 ans mais, selon cette étude, plus la période de prise de paracétamol est longue pendant la grossesse, plus la puberté est précoce chez les filles.

Ils ont été analysés 15 822 garçons et filles à la puberté au sein de la cohorte nationale danoise de naissance et, au total, 54 % des mères ont indiqué avoir pris du paracétamol au moins une fois pendant leur grossesse.

Entre 2012 et 2017, les fils et les filles ont fourni des informations sur l’apparition des symptômes pubertaires tous les six mois à partir de l’âge de 11 ans et jusqu’à la pleine maturité sexuelle et les résultats ont montré qu’en moyenne, ils étaient en bonne santé, les filles ont atteint la puberté en un mois et demi à 3 mois avant. si les mères ont pris des analgésiques pendant plus de 12 semaines pendant leur grossesse. Aucun changement significatif n’a été constaté pour les garçons.

Ce n’est pas la première foisla prise d’analgésiques pendant la grossesse est analysée pour en étudier les effets. Actuellement, l’utilisation n’est pas interdite en absolu mais elle reste l’indication de les prendre avec modération, à la lumière des résultats de certaines études qui ont analysé les conséquences possibles d’une utilisation excessive, telles que la réduction de la la capacité de reproduction des enfants.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *