Échographie et bêta-hCG pour le diagnostic de la grossesse

Il y a de nombreuses années (mais pas tant que ça), le diagnostic de la grossesse était basée sur des signes subjectifs, l’examen physique gynécologique et le test de grossesse classique, réalisé sur de l’urine. La certitude d’un état de grossesse ne pouvait être précoce et même les éventuelles pathologies de la grossesse initiale passaient parfois inaperçues.

Ces dernières années, l’utilisation courante de l’échographie et le dosage plasmatique de la Bêta hCG a facilité la détection précoce de la grossesse et de ses éventuelles complications précoces.

Bêta hCG pour le diagnostic de la grossesse

La sous-unité bêta de la gonadotrophine chorionique (Bêta hCG) est une substance hormonale qui est produite par le trophoblast au moment de l’implantation de l’embryon dans la cavité utérine. Après la « rencontre » entre le sperme et l’ovule dans la trompe, l’embryon migre dans la cavité utérine et est normalement implanté.

A partir de ce moment, la Bêta hCG commence à être produite et atteint des concentrations plasmatiques dosables même au moment des menstruations prévues, parfois même plus tôt. Ses valeurs sont généralement double tous les deux jours pour les valeurs plasmatiques inférieures à 1200 UI, tous les trois jours pour les valeurs comprises entre 1200 et 6000 UI et tous les quatre jours pour les valeurs supérieures à 6000 UI.

La fourchette de variabilité de la bêta-hCG est élevée et il serait donc approprié de faire souvent des dosages tous les 3 ou 4 jours, afin de pouvoir l’évaluer correctement si nécessaire (valeurs descendantes, stationnaires ou ascendantes). Une seule valeur apparemment normale, mais en régression, peut indiquer, par exemple, une fausse-couche ou au moins des problèmes embryonnaires.

Lors d’une grossesse extra-utérine, les valeurs de la Beta hCG sont presque toujours inférieures à la normale. Même dans l’ovule dit léger, caractérisé par la présence de la chambre ovule mais l’absence de l’embryon, la BhCG tend à être généralement plus faible, bien qu’avec une variabilité individuelle considérable.

Vice versa, une augmentation des valeurs de Beta hCG caractérisent souvent des grossesses gémellaires ou multiples ou des cas de meules vésiculaires ou d’autres pathologies dégénératives des trophoblastes.

Échographie pour le diagnostic de la grossesse : follicule et corps jaune

Après l' »éclatement » du follicule (ovulation) caractérisé par l’écoulement de l’ovule, le follicule lui-même se transforme en corpus luteum structure presque toujours reconnaissable à l’échographie Doppler.

Dans le cas où l’ovule n’est pas fécondé, le corpus luteum est évacué juste avant que le cycle suivant ne régresse. En présence d’un état de grossesse, inversement, cette structure maintiendra sa fonctionnalité en soutenant la grossesse du point de vue hormonal jusqu’à la fin de la grossesse.

Identifier un corps jaune actif avec le halo vasculaire typique pendant la période des menstruations peut parfois être un signe indirect de grossesse. Comme à la « fin du mois », la partie interne de l’utérus, l’endomètre, présente un aspect légèrement différent dans le cas d’une grossesse.

Même l’utérus lui-même peut déjà être présent en début de grossesse, une taille accrue et une vascularisation. Une fois implanté dans la cavité utérine, l’embryon poursuit son activité de développement frénétique jusqu’à la formation d’une cavité, la cavité chorionique ou chambre ovule.

Avant l’apparition d’une telle cavité de taille appropriée, identifier l’embryon par échographie est une chose difficile, possible dans certains cas avec des échos transvaginales à haute résolution.

En moyenne, avec l’échographie suprapubienne, la chambre sera visible à la Semaine 6 (parfois même avant, parfois même après) pendant qu’avec l’écho transvaginale son exposition sera avancée d’environ une semaine. Dans cette phase, la tâche de l’échographie sera de reconnaître la chambre et de la différencier d’une pseudo-caméra qui caractérise parfois la grossesse extra-utérine, et d’évaluer le site d’implantation, la forme et l’aspect général de la chambre ovule elle-même.

Ensuite, au bout d’une semaine environ, vous pourrez entendre les battements du cœur. Le rythme cardiaque d’un embryon sain est accéléré jusqu’à atteindre le 150 battements par minute. Bien que ces fréquences soient généralement atteintes à des stades plus avancés de la grossesse.

Au moment de la découverte du battement, le rythme cardiaque du fœtus est d’environ 100 battements par minute, parfois même un peu moins. A la 8ème semaine le rythme cardiaque du fœtus est d’environ 100 battements par minute, à la semaine 10 il est d’environ 175 battements par minute, à la semaine 15 d’environ 150 battements par minute, à la semaine 20 d’environ 140 + ou – 20 battements par minute, et vers la fin de 120 + ou – 20 battements par minute. Un bon battement de cœur du fœtus est également un signe de bien-être du fœtus.

Un diagnostic certain et sans équivoque de la grossesse ne peut donc être défini qu’au moment de la grossesse. Avant cela, l’échographie peut fournir des indications, bien que souvent fiables.

L’échographie représente également une méthode irremplaçable dans le diagnostic d’éventuels complications, comme la menace d’avortement, l’ovule clair et la grossesse extra-utérine.

Diagnostic de grossesse par échographie et Beta hCG

Il peut être utile de corréler la valeur plasmatique de la bêta-hCG avec l’image échographique. Avec zone discriminatoire de la Beta hCG. La valeur de cette hormone est indiquée, au-delà de laquelle la chambre ovarienne doit nécessairement être visible à l’échographie.

Toutefois, cette valeur varie grandement selon l’écogénicité du patient, le matériel utilisé et l’approche utilisée (écho suprapubienne ou transvaginale). Avec un équipement de puissance moyenne, cette valeur est d’environ 6000 UI pour la voie suprapubienne et d’environ 2000 UI pour les scans transvaginaux.

Avec un équipement de classe supérieure, ces valeurs seront évidemment basses. Ne pas afficher la chambre au-delà de la valeur basse du BhCG peut indiquer des problèmes tels qu’une grossesse extra-utérine ou une fausse couche interne précoce. Toutefois, il faudra des cautions dans les jugements en raison de la variabilité individuelle susmentionnée.

Parfois, dans les cas limites, la seule façon de faire un diagnostic correct est de répéter l’échographie après une semaine et en faisant des dosages de la bêta-hCG tous les deux ou trois jours.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *