9e semaine de grossesse

La 9e semaine de grossesse est celle où les symptômes de la future mère pourraient s’accompagner de rhinites de grossesse et de vertiges : voyons ce qui arrive à la mère et au bébé pendant cette semaine de la grossesse.

9e semaine de grossesse : la mère

À la neuvième semaine de grossesse, vous pouvez ressentir une sensation désagréable de fermeture des narines, semblable à celle que vous avez ressentie lors d’un rhume, ou vous pouvez avoir de légers saignements. Dans ces cas, on parle de rhinitis gravidarum. Pas un vrai rhume mais une occlusion dictée par la production accrue d’hormones de grossesse, de progestérone et d’œstrogène. Les vaporisateurs naturels ou les humidificateurs d’ambiance peuvent être utiles pour soulager l’inconfort.

En plus des nausées et de la fatigue, il pourrait aussi y avoir des vertiges. Il est conseillé de faire attention aux mouvements brusques et de surveiller la pression pour éviter les évanouissements.

9e semaine de grossesse : le bébé

Taille de votre bébé : Grain de raisin

Le sexe a été établi. Les gonades sont devenues des testicules si c’est un mâle et des ovaires si c’est une femelle. Le processus d’ossification (durcissement) des os se poursuit, les coudes se sont formés et les orteils sont également en train d’être définis. Le fœtus peut traverser la paroi utérine et se déplacer. Au cours de cette période, il est d’environ 25 millimètres de long et pèse un peu plus d’un gramme..

Son cœur bat vite, et il bat 160 à 170 battements par minute. Sa tête fait la moitié de la taille de tout son corps et le développement de ses yeux est complet.

9e semaine de grossesse : examens à faire

À partir de la neuvième semaine, la femme enceinte peut commencer à réfléchir à des tests de dépistage pour détecter d’éventuelles anomalies chromosomiques du fœtus. Il existe deux types de tests différents, invasifs et non invasifs. Dans le premier cas, il s’agit de tests prénataux capables de détecter les principales trisomies (syndrome de Down, syndrome d’Edwards et syndrome de Patau), comme le bi-test (ou duotest, entre la neuvième et la treizième semaine de grossesse) et le tritest (de la 14e à la 16e semaine), associé au test de clarté nucale, qui consiste en une échographie.

Ensuite, il y a les examens invasifs, qui comportent des risques pour la grossesse. C’est le cas de l’amniocentèse, qui est effectuée à partir de la 15e semaine dans les cas considérés comme à risque ou si la femme a plus de 35 ans et consiste en un prélèvement du liquide amniotique. En outre, la villocentèse est également un type d’examen invasif qui permet la détection de certaines maladies chromosomiques. Dans tous les cas, le médecin pourra répondre à toutes les informations concernant le dépistage et les examens approfondis.

Neuvième semaine de grossesse : ce qu’il faut savoir

Au fur et à mesure que la grossesse progresse, il est important que la femme puisse équilibrer son alimentation de la meilleure façon possible. Pendant cette période, il faut boire de l’eau, prendre des quantités suffisantes de vitamines et de calcium pour aider le développement du fœtus mais sans exagérer avec les graisses, en les limitant d’ailleurs au maximum. Pour éviter le risque de contracter la toxoplasmose, la viande doit être bien cuite, les fruits et légumes doivent être lavés avec soin et les saucisses doivent être évitées.

Une fois de plus, le gynécologue pourra conseiller la future mère une meilleure alimentation.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *