4e semaine de grossesse

Pendant la 4e semaine de grossesse, la nidification de l’embryon dans l’endomètre est terminée et la femme peut avoir observé une légère perte de sang, appelée pertes d’implantation.

C’est l’un des premiers symptômes qui signalent le début d’une grossesse : à partir de ce moment la femme est enceinte et l’embryon commence sa transformation pour devenir un enfant.

4e semaine de grossesse : la mère

À ce moment, s’il n’y avait pas eu la fécondation de l’ovule par le spermatozoïde, le corps de la femme se préparerait à l’arrivée des menstruations avec les symptômes habituels plus ou moins évidents. Mais cette fois-ci, ce ne sera pas le cas : les tout premiers symptômes peuvent déjà apparaître à ce stade. La production de l’hormone de grossesse, Beta hCG, a commencé, et la femme peut ressentir les premiers changements, ce qui peut être confondu avec le syndrome dit prémenstruel : fatigue, miction fréquente, sautes d’humeur, tension ou gonflement des seins et crampes abdominales.

Au cours de la quatrième semaine de grossesse, des changements commencent également à se produire au niveau du volume sanguin (volaémie), le cœur commençant à s’habituer à pomper de plus grandes quantités de sang en vue du développement du fœtus.

La femme qui soupçonne une grossesse peut désormais effectuer un test pour confirmer ses doutes : la grande précision du test de grossesse dans le commerce aujourd’hui vous permet de déterminer dès les premiers jours de retard des menstruations si vous êtes enceinte ou non.

4e semaine de grossesse : le bébé

Taille de votre bébé : Graine de pavot

Les cellules du blastocyste qui se sont nichées dans l’endomètre poursuivent le processus de division : une partie de ces cellules formera le fœtus, l’autre partie formera plutôt le placenta qui l’enveloppera pendant les 40 semaines de gestation. Le sac gestationnel pourrait déjà être mis en évidence par une échographie transvaginale, de même que le sac du veau, qui nourrit l’embryon jusqu’à la formation complète du placenta.

Dans le cas de grossesse gémellaire Les niveaux de bêta hCg sont plus élevés : une valeur moyenne de hCG 18 jours après l’ovulation au cours d’une seule gestation est d’environ 70 mUI, qui peut atteindre environ 200 mUI en présence d’une grossesse gémellaire. Toutefois, ces données sont purement indicatives et il faut attendre une analyse plus approfondie pour confirmer une grossesse gémellaire.

4e semaine de grossesse : les examens à faire

Avec les premiers jours de retard du cycle menstruel, le moment de vérité peut arriver : un test de grossesse vous permettra de savoir si la femme est enceinte ou non. Sur le marché, il y a différents types de tests capables de détecter les niveaux de l’hormone Beta hCG dans l’urine, depuis les niveaux classiques dans lesquels une ligne verticale apparaît en cas de résultat positif jusqu’aux niveaux électroniques qui indiquent également le moment présumé de la conception.

Pour confirmer la présence d’une grossesse, il est bon d’attendre au moins un délai de cycle d’un ou deux jours avant le test, car une concentration de hCG encore trop faible pourrait donner un faux négatif. Pour obtenir une concentration plus élevée de bêta-hCG dans vos urines, il est préférable de faire le test le matin au réveil. Si le test est positif, il est bon de réserver la première visite chez votre gynécologue qui vous suivra désormais dans toutes les étapes de la gestation.

Quatrième semaine de grossesse : ce qu’il faut savoir

La future mère devrait commencer, si ce n’est déjà fait, à mener une vie saine et à soigner son alimentation. Le premier trimestre de la grossesse est la période critique pour la formation de l’enfant, pour cette raison, en plus de ne pas prendre de risques, il est bon d’éviter l’alcool, le tabac (y compris le tabagisme passif) et (bien sûr) les drogues, de limiter ou d’éviter la caféine, les saucisses et de consommer des fruits et légumes bien lavés, en plus de l’activité physique de manière correcte.

Il est alors important de commencer à prendre de l’acide folique pour prévenir les malformations dans le développement du fœtus. En cas de doute, consultez votre médecin.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *