14e semaine de grossesse

Avec la 14e semaine de grossesse, le quatrième mois a atteint le milieu : c’est généralement la période la plus calme pour la femme enceinte, au cours de laquelle le ventre ne « pèse » pas encore trop et où les malaises des premières semaines ont disparu, ou presque. Bien qu’il soit encore tôt pour sentir le fœtus bouger dans le ventre, il se déplace déjà librement dans l’utérus de la mère.

14e semaine de grossesse : la mère

Avec l’entrée dans le deuxième trimestre de la grossesse, la présence du fœtus commence à devenir plus évidente. L’augmentation du volume du ventre et aussi le poids a tendance à augmenter (et il est bon de le garder sous contrôle pour éviter les complications).

Le système digestif « ralentit » et, comme les semaines précédentes, la femme peut commencer à souffrir de constipation. Pour la combattre, il est utile de manger des aliments riches en fibres et de boire beaucoup d’eau, ce qui favorise le transit intestinal.

La tension au niveau des seins augmente, et un liquide jaunâtre peut commencer à s’écouler des mamelons, ce qui « ouvre la voie » à ce qui sera l’alimentation du bébé pendant l’allaitement.

14e semaine de grossesse : le bébé

Taille de votre bébé : Citron

Le fœtus produit de l’urine qu’il libère dans le liquide amniotique. Il peut également s’ntraîner à respirer en ingérant du liquide amniotique dans les voies respiratoires et en le buvant à pleines gorgées. Ce liquide, qui est composé de l' »urine » du fœtus, se régénère complètement toutes les trois heures. En cas d’altération du liquide amniotique, certains troubles peuvent apparaître, tels que polydramnios (également appelé hydramnios). Cette pathologie indique une quantité excessive de liquide, qui peut être détectée par un examen aux ultrasons.

Les agents polluants et toxiques (par exemple, les aliments gras, les boissons alcoolisées ainsi que la cigarette) sont « transmis » au fœtus, il est donc bon d’éviter de prendre des aliments et des boissons qui sont potentiellement nuisibles à son développement.

14e semaine de grossesse : les examens à faire

Une fois les tests de dépistage prénatal effectués, votre médecin peut vous recommander d’effectuer des tests approfondis pour la détection d’anomalies chromosomiques ou d’autres maladies fœtales. L’amniocentèse et la villocentèse peuvent être prescrites, par exemple, si elles n’ont pas déjà été effectuées au cours des semaines précédentes.

Ces analyses sont dites invasives, car elles sont basées sur l’étude d’échantillons de tissus prélevés dans l’abdomen de la mère : dans le cas de l’amniocentèse, le liquide amniotique est prélevé puis étudié. La choriocentèse consiste à retirer les villosités choriales du placenta. Ces examens sont systématiquement prescrits si la mère a plus de 35 ans ou s’il existe un risque que le fœtus développe certaines pathologies particulières.

Quatorzième semaine de grossesse : ce qu’il faut savoir

Pour de nombreuses femmes, le deuxième trimestre est l’un des moments les plus paisibles de la grossesse, car les nausées disparaissent, l’appétit revient et les changements dans le corps commencent à se faire sentir. La vie d’un couple converge entièrement sur les projets pour l’enfant à naître, et pendant cette période, la famille et les amis peuvent également être impliqués dans les nouvelles choses.

Pendant cette période généralement calme, certains troubles physiques peuvent apparaître, comme la constipation et, dans certains cas, même les hémorroïdes. En cas de malaise ou de douleur, votre médecin vous prescrira les thérapies les plus appropriées.

Pour continuer votre lecture voici quelques articles similaires

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *